Royaume-Uni. L’UE enterre le plan Brexit de Theresa May Spécial

Évaluer cet élément
(0 Votes)

«Humiliation», “catastrophe” : la presse britannique ne mâche pas ses mots pour qualifier le camouflet infligé par l’Union européenne à la Première ministre Theresa May, sommée de faire de nouvelles propositions après le rejet sans appel, jeudi au sommet de Salzbourg, de son plan pour le Brexit.

 

Alors qu’il s’était montré plutôt bienveillant mercredi, le président du Conseil européen Donald Tusk s’est avéré beaucoup moins conciliant jeudi, en clôture du sommet. Selon lui, en dépit d’“éléments positifs” dans le plan proposé par Londres, “le cadre des relations économiques tel qu’il est proposé ne marchera pas”, rapporte la BBC.

C’est donc la ligne dure, emmenée par la France et l’Allemagne, qui a prévalu face aux Belges et aux Néerlandais, qui semblaient plus enclins à travailler sur la proposition britannique. The Guardian assure qu’Emmanuel Macron a été intraitable, considérant que le Brexit proposé par Theresa May était “inacceptable” et que “ceux qui avaient expliqué qu’on peut vivre facilement sans l’Europe, que tout va bien se passer, que cela va rapporter beaucoup d’argent, étaient des menteurs”.

Sur le plan économique, le plan de Theresa May prévoyait de rester dans le marché unique pour la libre circulation des biens. Mais les dirigeants de l’UE ont rappelé que le marché unique englobait aussi les services et les personnes et que la proposition de Londres saperait les fondements du marché intérieur.

L’autre point d’achoppement est la question de la frontière irlandaise, le Brexit entraînant potentiellement la réapparition d’une frontière, dont personne ne veut, entre la province britannique d’Irlande du Nord et la république d’Irlande.

Pour Mme May, observe The Independent, les deux problèmes sont liés. “La solution de la frontière de l’Irlande du Nord ne peut passer que par la libre circulation des biens”, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse, “visiblement énervée et tremblante”, selon le quotidien. “Notre plan reste la seule proposition sérieuse et crédible sur la table pour atteindre cet objectif.” Elle s’est néanmoins engagée à faire une nouvelle proposition, “sous peu”, sur la frontière irlandaise – mais n’a rien promis sur les autres sujets.

Or le temps presse, rappelle le quotidien autrichien Die Presse. Le prochain sommet européen ordinaire, le 18 octobre, sera le moment de vérité pour Theresa May, qui devra présenter de nouvelles propositions convaincantes. Si les Vingt-Sept constatent “des progrès suffisants”, alors “un sommet spécial conclura les négociations en novembre”.
Leadership menacé

Mais la Première ministre devra d’abord convaincre son pays et son parti qu’elle reste légitime pour négocier la dernière ligne droite du Brexit. El País estime que le sommet de Salzbourg “a mis Londres face à l’abîme d’un Brexit sans accord, aux conséquences dévastatrices pour l’économie britannique”. Et Theresa May n’a désormais d’autre choix que de “refaire des propositions qui lui ont déjà coûté une crise gouvernementale ou jeter l’éponge et laisser décider les urnes”.

De fait, sa prochaine épreuve sera, dès la fin du mois, un congrès du Parti conservateur qui promet d’être “turbulent”, selon le Daily Telegraph : “Mme May sera confrontée à une forte pression des eurosceptiques pour abandonner son plan au profit d’un accord de libre-échange de type canadien.”

“Son leadership pourrait aussi être menacé si les parlementaires qui n’ont plus confiance dans sa capacité à négocier le Brexit considèrent que la seule façon de changer de direction est de changer de dirigeant”, poursuit le quotidien.

Dans un éditorial, The Spectator ne se fait plus guère d’illusions sur l’avenir politique de Theresa May, après la “catastrophe personnelle” de Salzbourg. Le magazine estime qu’elle “apparaîtra unique dans les annales de l’histoire si elle survit plus longtemps, en tant que Première ministre, à des échecs de cette ampleur”.

Lu 12159 fois Dernière modification le Dernière modification le septembre 27 2018

Recent Twitter Posts

 

A propos de Africa Times Magazine

Élément de communication tourné vers l’extérieur, AFRICA TIMES MAGAZINE est un bimestriel généraliste qui traite donc de tous les sujets brûlants de l’actualité en Afrique et dans le
monde » ; C’est un magazine qui revendique un rôle éducatif, ludique et social.
AFRICA TIMES , c’est votre magazine qui tentera de vous communiquer des analyses pointues de différents experts multi-sectoriels.

Plus de détails