Moyen – Orient.Le plan de paix israélo-palestinien de Kushner est-il mort-né ? Spécial

Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’initiative américaine se heurte à la crise politique israélienne et sera probablement gelée jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement en Israël. Du côté des Palestiniens, le plan de paix élaboré par Jared Kushner et dont le contenu est encore mystérieux, a déjà fait l’objet d’un rejet. Désormais il risque de ne jamais voir le jour.

 

Jared Kushner n’a clairement pas le sens du timing. Le gendre et conseiller du président américain Donald Trump, accompagné de l’émissaire spécial pour la région Jason Greenblatt ainsi que de l’émissaire américain pour l’Iran Brian Hook, est arrivé hier [jeudi 30 mai] à Jérusalem en plein tumulte politique pour discuter avec les Israéliens de son plan de paix pour la région.

La dissolution de la Knesset, votée mercredi soir moins de deux mois après avoir été élue, compromet sérieusement le projet américain déjà mis à mal à plusieurs reprises ces derniers mois. “C’est la mort du plan de paix”, écrivait hier le Jerusalem Post, évoquant l’incapacité de Benyamin Nétanyahou à former un gouvernement et la tenue de nouvelles élections le 17 septembre.

“Nous avons eu un petit incident la nuit dernière. Cela ne nous arrêtera pas et nous continuerons à travailler ensemble. Le président américain Trump rapproche les alliés de la région face aux défis à relever”, a assuré M. Nétanyahou lors d’une rencontre avec l’émissaire américain hier. M. Kushner a déclaré à son interlocuteur apprécier “tous” ses efforts pour renforcer les relations entre les deux pays. “Cela n’a jamais été aussi solide”, a-t-il souligné. La conférence à Manama [capitale de Bahreïn] en juin [le 25 et 26] sur les aspects économiques du futur plan de paix américain pour le Proche-Orient est confirmée, a annoncé hier le département d’État américain.

Fiasco diplomatique

Si ces déclarations tentent de dissimuler le malaise, le “plan du siècle” tant attendu depuis de longs mois est sérieusement menacé. “Ce prétendu deal est en passe de se transformer en fiasco diplomatique du siècle”, estime Karim Émile Bitar, directeur de l’Institut des sciences politiques de l’USJ [Université Saint-Joseph], contacté par L’OLJ. En 2017, le gendre du milliardaire américain s’était vu confier la tâche ardue de parvenir au deal du siècle, sur lequel les précédentes administrations se sont toutes cassé les dents. Lors de la session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre dernier, le président américain avait annoncé que le plan de paix serait dévoilé en janvier 2019.

Or, la dissolution de la Knesset en décembre 2018 a poussé les Américains à reporter l’échéance après les élections israéliennes du 9 avril, misant sur une victoire de l’allié et ami Benyamin Nétanyahou. Quinze jours avant le scrutin, M. Trump annonçait reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, dont l’annexion en 1981 n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. “Je pense que nous avons une meilleure chance d’aboutir – à “l’accord ultime” – maintenant que Bibi a gagné”, avait déclaré le président américain lors de l’annonce des résultats. Deux semaines après les élections, Jared Kushner avait annoncé qu’il allait dévoiler le “deal du siècle” promis par Donald Trump après le ramadan, qui prend fin autour du 4 juin. Sur Twitter mardi, Donald Trump s’est dit “espérer que les choses se passeront bien avec la formation de la coalition israélienne”. Car le temps presse du côté de Washington qui veut à tout prix dévoiler son plan avant le début de la campagne électorale américaine de 2020.

 

Parti pris en faveur d’Israël

La tenue de nouvelles élections en Israël le 17 septembre prochain pose la question d’un nouveau report de l’annonce du plan, d’autant que ce dernier pourrait être considéré comme trop sensible pour être présenté pendant une nouvelle campagne électorale. D’autre part, sans gouvernement israélien avec qui discuter, difficile aujourd’hui de vendre un projet, qui plus est rejeté depuis le début par l’autre camp concerné. La partie palestinienne a clairement fait savoir qu’elle rejetait le plan, affirmant que les démarches du président américain prouvaient un parti pris flagrant en faveur d’Israël, comme la reconnaissance américaine fin 2017 de Jérusalem comme capitale d’Israël, ou la suppression des aides aux Palestiniens. Les dirigeants palestiniens ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne participeront pas au sommet de Manama le mois prochain.

“Cette impasse était parfaitement prévisible, car elle vient du fait qu’on a tenté de sacrifier les droits des Palestiniens sur l’autel d’un rapprochement entre Israël et les pays du Golfe, et qu’on a encore une fois voulu privilégier la logique économique, celle de Jared Kushner, qui est une logique de banquier d’investissements au détriment de la question de fond qui est un problème territorial et encore plus une question de dignité nationale pour les Palestiniens”, poursuit Karim Bitar. M. Kushner espérait susciter l’adhésion d’une partie des Palestiniens à son plan en faisant miroiter la promesse d’un véritable développement économique. Riyad, Abou Dhabi et Doha ont annoncé leur participation à la conférence de Manama, mais le conseiller américain s’est heurté mercredi à la réticence de Amman, qui n’a pas encore confirmé sa présence ou non à Bahreïn. Le roi Abdallah II de Jordanie a insisté devant le responsable américain sur “la nécessité de multiplier les efforts pour aboutir à une paix globale et durable fondée sur la solution à deux États (israélien et palestinien) qui garantirait l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale”, selon un communiqué du palais. Or, cette solution à deux États est ostensiblement écartée des discours officiels américains depuis deux ans. “Il y a des chances infimes que ce projet en l’état puisse voir le jour”, conclut Karim Bitar.

Caroline Hayek

Lu 32344 fois

Recent Twitter Posts

 

A propos de Africa Times Magazine

Élément de communication tourné vers l’extérieur, AFRICA TIMES MAGAZINE est un bimestriel généraliste qui traite donc de tous les sujets brûlants de l’actualité en Afrique et dans le
monde » ; C’est un magazine qui revendique un rôle éducatif, ludique et social.
AFRICA TIMES , c’est votre magazine qui tentera de vous communiquer des analyses pointues de différents experts multi-sectoriels.

Plus de détails