Présidentielle au Sénégal : Madické Niang dribble Wade fils sur la candidature au PDS

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 Finalement, en dépit de ses dénégations, Madické Niang n’aura pas déjoué les pronostics de ceux qui l’accusaient de tracer sa route pour la Course au palais de la République.

Presque fils adoptif d’Abdoulaye Wade, l’ancien ministre des Affaires étrangères et de la Justice a finalement annoncé sa candidature pour la présidentielle de février 2019. Au sein de son entourage où l’on présente sa candidature comme «alternative», l'annonce prend des allures de dribble politique magistral à l’encontre de celle adoubée de Karim Wade au sein d’un PDS au bord de l’implosion.

Pour son entourage, deux urgences semblent guider le choix de Madické Niang de se porter candidat à la présidentielle du 24 février 2019. D'un côté, le temps presse pour cet avocat de 65 ans, plusieurs fois ministre sous Wade, de réunir, comme l'impose une loi votée cette année même, entre 0,8 et 1% de signatures d'électeurs régulièrement inscrits sur les listes électorales, soit entre 52 000 et 68 000 signatures.

D'un autre côté, dans les rangs du Parti Démocratique Sénégalais(PDS), la décision d'Abdoulaye Wade, le fondateur, de n'envisager aucune autre candidature que celle de son fils Karim. Or le fils de Wade, autrefois « ministre du Ciel et de la Terre », condamné pour enrichissement illicite malgré une grâce, rayé des listes électorales, ne semblait plus être qu'un candidat fictif de ce parti libéral éjecté du palais en 2012 après une décennie de pouvoir.

Et pourtant, au-delà de ces deux justificatifs que les partisans de l'ancien chef de la diplomatie sénégalaise (2009-2012) avancent, l'annonce de la candidature de Madické Niang prend les allures d'un dribble politique répété de longue date sur le terrain de l'absence de Karim Wade, l'exilé au Qatar. Pendant des mois, au rythme des rumeurs et des messes basses parfois orchestrées par ses partisans, l'avocat a feint de ne pas être intéressé par le costume de présidentiable au sein de son propre parti.

Témérité politique, risques et périls

Mieux ou pire, c'est selon, la robe noire a laissé longuement des personnes de son entourage lancer l'idée en ballon de sonde pour tester non seulement sa popularité mais pour préparer les esprits à l'annonce de son entrée en lice ébruitée par voie de communiqué. Cette initiative d'une candidature de substitution au sein du PDS avait même provoqué l'ire de «Gorgui» (« Le Vieux » en wolof) qui s'était fendue d'une lettre ouverte au vitriol dans les médias locaux. Un échange épistolaire entre Abdoualaye Wade et Madické Niang avait fait croire que le différend s'était tassé.

Avec la nouvelle de l'annonce de sa candidature, Madické Niang entérine un schisme dans le parti libéral. D'un côté, l'aile radicale, prise de loyauté envers Wade père, soutient la candidature de Karim et espère lever l'opprobre judiciaire par une pression de la rue. De l'autre, les «pragmatiques» pensent, sans le dire ouvertement, à un plan B pour éviter au PDS d'être rayé de l'échiquier politique notamment avec la montée de nouvelles figures et l'épidémie de transhumance des tauliers des partis.

Entre les deux ailes, Madické Niang s'est posé comme le trait d'union. « J'ai toujours pensé que face à l'éventualité d'une invalidation de la candidature de Karim Wade, il était nécessaire d'envisager une solution alternative, comme l'ont déjà fait de grandes formations politiques dans d'autres pays», justifie l'ancien ministre de la Justice dans son communiqué.

Pour autant, sa témérité politique risque de lui porter préjudice. Les analystes lui prédisent déjà une exclusion du parti bleu et jaune. Un extrême qui porterait déjà en lui, les germes du début d'une implosion du PDS. Mais avec une ambition assumée malgré sa retenue d'ermite, l'avocat pourrait aussi tenter l'aventure d'une candidature sans étiquette ou alors créer un nouveau parti. A ses risques et périls !

Lu 282 fois

322 Commentaires

Laissez un commentaire

Make sure you enter the (*) required information where indicated. HTML code is not allowed.

Recent Twitter Posts

 

A propos de Africa Times Magazine

Élément de communication tourné vers l’extérieur, AFRICA TIMES MAGAZINE est un bimestriel généraliste qui traite donc de tous les sujets brûlants de l’actualité en Afrique et dans le
monde » ; C’est un magazine qui revendique un rôle éducatif, ludique et social.
AFRICA TIMES , c’est votre magazine qui tentera de vous communiquer des analyses pointues de différents experts multi-sectoriels.

Plus de détails